La naturopathie

Publié le par Conseiller santé

La naturopathie

 
«  Une médecine de la santé  globale »


Naturo1.jpg

  Par Ostro

 

 

(sauf définition*)


        On doit l’étymologie « naturopathie » au biologiste français Pierre-Valentin Marchesseau en 1935. Cet homme de science entreprit de faire la synthèse de tous les techniques, remèdes, breuvages et astuces ancestrales de toute nature dit de « bona fama » et dont l’usage diffus concordait avec une efficacité thérapeutique. Ce que nous traduirons du latin par « bonne renommée » et non « bonne femme » comme certains l’ont pensé, et on les comprend, face à l’image collective persistante de la matrone, garante des secrets des plantes et auprès de laquelle les villageois viennent se soigner.

 

La naturopathie, qu'est-ce que c'est ?

En guise de définition il m’a semblé judicieux de publier celle qui me semble parfaitement cerner la pratiquer et son idée général. Je l’a tiens de mon école.

*Du latin NATURA et du grec PATHOS, Naturopathie veut dire « le mal étudié en fonction de la nature », laquelle fait ou défait la santé. La nature est, ici, l'association entre l'organisme vivant (milieu interne) et l'environnement naturel (milieu externe) dans lequel l'organisme se trouve. Le mal, dans ce contexte, prend tous les aspects de la misère physiologique (maladie, laideur et folie). Organes, formes et mental évoluent parallèlement. Il suffit de faire varier le milieu externe dans ses éléments, en bien ou en mal, pour entraîner automatiquement perfection ou désordre dans le milieu organique interne. La santé résulte donc, non d'une médication locale et superficielle, si brillante soit-elle, mais d'une réforme de vie, profonde et générale.

La naturopathie n'est pas une médecine des maladies, suivant les conceptions d'allopathie ou de l'homéopathie, qui procèdent par « diagnostics » et « remèdes spécifiques ». C'est la médecine de la Vie et de la Santé. C'est avant tout, une hygiène véritable, conforme à la physiologie humaine (humanisme biologique). Mais le concept va plus loin. La Naturopathie jette les bases d'une société nouvelle. Lorsque le milieu est trop hostile et que rien n'est fait pour l'atténuer (ex. : les pollutions), l'homme « dégénère » et le social en porte les marques. Insécurité, pauvreté et haine sont les formes de la misère sociale, qui va de pair avec la misère physiologique.

La naturopathie est basée sur une triple hygiène de vie (alimentaire, musculaire et psychique) conforme à la physiologie humaine.

Pour le Praticien Naturopathe, la vie ne peut, « se vouloir et se détruire » en même temps. Ce respect de la force vitale intelligente, ou, comme l'appelaient les anciens « Médicatrix », fait du Naturopathe, un « Vitaliste ». Cette philosophie « Vitaliste » est en opposition au « Matérialisme » des « Allopathes ». Ces derniers attribuent à l'organisme une activité aveugle qui confère au praticien le droit d'intervenir lorsque la maladie apparaît. Pour les « Vitalistes », l'être vivant est lié au milieu qui le conditionne. Toute altération du milieu (environnement), amène des stress physiologiques et psychologiques qui vont perturber l'apport d'énergie vitale et sa circulation interne. Nos mécanismes vitaux sont freinés (mauvaise circulation, sommeil perturbé, assimilation et éliminations ralenties etc.), les maladies font alors leur apparition. L'organisme se sature en déchets (toxines) et crée nos fameuses maladies.

·        Premier degré : Les toxines saturent les tissus mous = Maladies aiguës

·        Second degré : Les toxines s'infiltrent dans les tissus durs = Maladies chroniques

·        Troisième degré : Les toxines ne font plus qu'un avec les tissus = Maladies dégénératives

Naturo2.jpg

Une médecine de la santé

        C’est donc une médecine de la santé à l’inverse de la médecine dit « allopathique » qui s’intéresse à la maladie, et pratiquée sous la forme que nous connaissons aujourd’hui à travers nos consultations chez « le médecin » ou « le docteur ». Elle vient à mon sens s’ajouter en contrefort de la médecine traditionnelle. Considérons donc le débat médecine douce/médecine allopathique comme stérile, portant préjudice aux deux disciplines et bafouant la souffrance de ceux qui cherchent des réponses concrètes et efficace pour se guérir.

 

Approche de la naturopathie

Le naturopathe est un « hygiéniste » et à ce titre il s’efforce de travailler et de restaurer l’équilibre entre l’individu et son milieu, un équilibre fragilisé par nos modes de vies, il travaille donc sur l’environnement du sujet ainsi que son alimentation.

Pendant longtemps le naturopathe était présenté comme le correcteur des mauvaises habitudes alimentaires, ce qui reste éminemment valable compte tenu des responsabilités qui l’incombent face à ce que je nomme ouvertement « la dégénérescence qualitative et gustative de l’alimentation moderne » notamment au travers des filières de la grande distribution.

Alors que la médecine allopathique aborde en général l’organe douloureux de manière anatomique, la naturopathie vise à développer une approche fonctionnelle de l’organe incriminé. Dans le rhume, le médecin se bornera à soigner les écoulements nasales, déconnecté de l’environnement. Le praticien de naturopathie travaillera sur le contexte alimentaire et physiologique et environnemental du patient. Il se penche sur le « pourquoi » de la maladie en tentant d’en reconstituer la genèse le plus précisément possible. Dans le cas du rhume, il pourra s’agir d’une alimentation déficiente ou déséquilibré, d’une vertèbre déplacée, d’une réponse immunitaire défaillante conséquence d’un encrassage des intestins, d’un air chargé en particules toxiques, etc, etc…


Rôle et fonction de la naturopathie

La naturopathie appartient aux  médecines douces, et mission lui est donnée d’accorder légitimité à la préservation de notre santé par le biais d’une attitude préventive active reposant sur une « alimentation ancestrale ou hypotoxique ». Celle-ci se définit par une prédominance des fruits et des légumes, conjugué avec des céréales entières, des fruits secs, des huiles végétales, pas de laitage ou exclusivement du fromage de chèvre/brebis, un peu de poisson, de la viande rouge très modérément. Le mode de cuisson doit être adapté et peu agressif. Elle permet de conserver une santé naturelle et souveraine, en palliant aux sources de stress engendrées par notre civilisation et ses modes de vie définis tel quel :

·       Stress émotionnel

·       Stress oxydatif

·       Stress alimentaire

·       Stress chimique

·       Stress éléctro-magnétique

Préserver la santé en respectant les instances naturelles. Si cela peut sembler tenir du défi aujourd’hui, c’est ce qu’il doit être !

 Naturopath.png

Naturopathie, prévenir avant de guérir

        Dans le traitement du rhume par exemple, affection au combien bénigne, et pour laquelle l’industrie pharmaceutique consacre des budgets sans commune mesure depuis des décennies, (mais dont les profits expliquent tout) la démarche classique est de consulter son médecin allopathe dès l’apparition des premiers symptômes. Or, les faits parlerons d’eux mêmes, le triste célèbre rhume réapparaît chaque année dès les premiers froids. La conclusion est évidente. Impuissance totale de notre médecine à prévenir et soigner. Le traitement s’attardent et se bornent à soulager des symptômes. Le constat ne se limite pas au rhume prit pour exemple. Qui n’a jamais souffert de maux pour lesquelles l’avis des médecins divergent et qui demeurent outre les consultations quand ceux là ne vous traitent pas tout bonnement de malade imaginaire ? Je vous demande d’y réfléchir. Cela arrive tous le temps. Ce sont les faits. C’est au patient de se prendre en charge, et de faire le nécessaire pour préservé son capital santé.

La naturopathie est avant tout garante de la bonne santé des gens, mais quand elle doit soigner, elle reste fidèle à l’éthique d’Hippocrate contenu dans la formule « soigner sans maux ». De plus, elle va plus loin puisqu’elle responsabilise les gens, et nous enseigne l’autonomie. Voilà ce que doit être la naturopathie !



Les outils naturopathiques

        Depuis P.V Marchesseau considéré comme le géniteur de la naturopathie français, l’action des naturopathes se résume dans la mise en œuvre d’un programme de synthèse réalisé pour chaque consultant. Ce plan de synthèse intègre la mise en œuvre harmonieuse des dix techniques naturopathiques constituées par :

·       Psychologie

·       Alimentation

·       Phyto-minéralogie

·       Exercices

·       Réflexologie

·       Rayons

·       Gaz

·       Magnétologie et fluides

·       Chirologie et techniques manuelles

·       Hydrologie

marchesseau.jpgP.V Marchesseau

Publié dans DOSSIERS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
pour celles et ceux qui souhaite devenir naturopathe, ce que je peux vous conseiller c'est un site qui propose de télécharger un guide en pdf qui explique comment devenir naturopathe certifié (le guide est payant :-() mais c'est hyper efficace.
je vous laisse l'adresse du site pour qui ça pourrait intéresser: http://go.pages.advision.1.1tpe.net
Répondre